Karine Le Marchand a été beaucoup critiquée mais...

 

 

...au fond, dans son émission où elle fait de la lèche aux politicards de tout poil, que fait-elle que ne font pas déjà depuis des années la plupart des médias tenus par les industriels faisant des affaires de l'Etat ? Quelle différence fondamentale entre ce que fait cette séduisante animatrice et ce que font la plupart des journalistes de télévision, si ce n'est que la première fait à découvert ce que les seconds essaient de cacher ? Karine Le Marchand est en quelque sorte le bouc émissaire, la victime sacrificielle de la connivence entre les médias et les politiques : elle a été chargée d'assumer les fautes de toute une profession puis a été sacrifiée par ladite profession qui espère ainsi se racheter, aux yeux du public, un vague vernis de respectabilité. En bref, elle est à la fois l'instrument et la victime d'un système qui a périodiquement besoin de jeter l'un de ses rouages en pâture à la vindicte populaire pour pouvoir continuer à tourner sans rien changer, le défaut du rouage sacrifié n'étant pas de ne pas marcher mais, au contraire, de trop bien marcher : Karine Le Marchand est à la "médiacratie" ce que Jérôme Kerviel est à la finance. 

 

 

 

 



29/11/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres