François-Régis Hutin (1919-2017)

 

On en a moins parlé que pour Johnny Hallyday et Jean d'Ormesson, mais le patron de Ouest France, décédé à 88 ans il y a deux semaines, aura bien été le dernier grand mort de l'année 2017. Je repense à cette phrase de Mitterrand : « Après moi il n’y aura plus que des financiers et des comptables. » Bien vu, l’aveugle : ça s’est vérifié en politique et ça se vérifie également dans les médias. Hutin était sans doute l’un des derniers grands patrons de presse à avoir fait d’autres écoles que HEC : Wolinski disait qu’au temps où régnaient des magnats de la presse comme Pierre Lazareff, on n’aurait pas pensé un seul instant qu’on en arriverait à regretter « l’ère Lazareff » ; et pourtant… On pouvait ne pas être toujours d’accord avec les idées de patrons comme Lazareff ou Hutin, on pouvait désapprouver leurs méthodes de gestion, mais on ne pouvait pas ne pas les respecter. Sans son capitaine historique, est-ce que le quotidien du grand Ouest va pouvoir subsister sans être une proie rêvée pour les requins pour lesquels un journal ne sert qu’à engraisser les actionnaires et les annonceurs publicitaires ? Oui, je l’avoue, je le regrette déjà : on en retrouvera pas de sitôt, un éditorialiste qui défendait des causes aussi impopulaires que celles des migrants et des prisonniers…

 

12-16-François-Régis Hutin.jpg



22/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres