J'aurais l'impression de passer à l'action en votant si on me donnait le choix entre Le Pen et n'importe quel autre, sauf Machais. J'irais voter pour n'importe quel autre, sauf Marchais. (Pierre Desproges)

 

 

 

Je n'ai pas voulu gâcher votre week-end pascal (et encore moins le mien) en évoquant cette question-là. Aujourd'hui, je répète une dernière fois ce que j'ai déjà dit si souvent: s'il s'avère vraiment qu'il me faudra voter, le 6 mai prochain, pour un candidat que je n'aime guère rien que pour éviter l'avènement du IVè Reich, je le fais sans illusion mais sans hésitation. Plutôt mille années avec Macron ou même Fillon (mais je préférerais de loin Hamon) qu'une seule avec la fille à Papa Schultz, j'ajoute même que si mon vote ne devait servir qu'à faire perdre cette furie, j'aurais enfin l'impression qu'il servirait à quelque chose. Je suis jeune et je ne veux pas mourir : je préfère continuer à me faire escroquer que me faire rafler, déporter, torturer, interner, assassiner. Je vous laisse avec ces trois dessins qui résument mon point de vue ; je reprendrai ce blog à partir du 8 mai, sous réserve que mes compatriotes fassent une nouvelle fois montre du bon sens qui a permis d'éviter le pire aux élections locales de 2015 et qui a déjà triomphé chez nos voisins autrichiens et hollandais.

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant de vous laisser, je me permets de signaler que, si tout se passe bien, vous pourrez découvrir, dès demain dans Côté Brest, racontée par votre serviteur, la belle histoire de la non moins belle Rosalie Léon, cette petite servante bretonne qui devint la compagne d'un riche et puissant aristocrate et diplomate russe (petit clin d'oeil ci-dessous). Sur ce, à la prochaine et... Vive la Résistance ! Vive la République ! VIVE LA FRANCE ! Et mort aux faux patriotes et vrais fascistes !

 

 

 

 



18/04/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres