Gilets jaunes : Macron, t'es foutu, les grosses fesses sont dans la rue !

 

 

Mercredi 14 novembre, 11h30 : En feuilletant le quotidien Ouest France, je tombe sur l'interview d'un sociologue qui qualifie de "défoulement poujadiste" le mouvement des gilets jaunes. L'expression peut sembler méprisante mais elle est assez juste quand on sait quelle tranche de la population y prend part : ils ont beau se prétendre "victimes du système" (oh, comme c'est original), ils ne constituent pas la frange la plus précarisée de la société ! Quand on sait qu'il y a des jeunes qui n'ont même pas les moyens de se payer le permis... En fait, sous leur gilet jaune se cachent une grosse paire de fesses molles et une vie médiocre qui pue à plein nez les traites du pavillon, les soirées devant Hanouna, les week-ends à Disneyland avec les gosses, la trouille du chômage et des jeunes cadres ambitieux : il n'y a aucune chance pour que leur coup de sang débouche sur une vraie révolution, ils sont généralement les premiers à diaboliser les zadistes, à se plaindre d'être "pris en otages" quand les fonctionnaires sont en grève et à réclamer toujours plus de présence policière. Dès qu'ils sentiront que leur mouvement risque de menacer directement leur bien-être de plastique, ils rentreront dans leurs clapiers !

(Ce texte est extrait d'un épisode de mon journal pas du tout intime sur Le Graoully déchaîné)

 

 

11-17-Gilets jaunes.jpg

 

 



17/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres