50 ans de mai 68 : l'abus de slogans est dangereux pour la santé !

 

Une fois n'est pas coutume, je me permets de citer aujourd'hui un extrait de ma thèse de doctorat dans laquelle j'évoque le fameux slogan "Jouissez sans entraves" :

 

Simmias et Glaucon (personnages du Phédon de Platon) ont en commun de mettre en accusation le philosophe et, plus largement, l’ascète d’une manière typique de la jeunesse dorée pour laquelle seule la vie de plaisirs en vaut la peine et qui veut « jouir sans entraves » pour reprendre un célèbre slogan du XXe siècle. Ce qui est en quelque sorte reproché au philosophe, ce dont il est accusé, c’est de passer à côté de la vie ou, plutôt, de ce que la majorité considère comme étant « la » vie : cette critique adressée à l’ascète est tristement intemporelle, elle rappellera au lecteur moderne le reproche que l’on fait à l’enfant qui préfère lire paisiblement chez lui au lieu d’aller jouer au football, à l’étudiant qui se passionne pour ses études au lieu de faire la fête jusqu’aux petites heures de la nuit, à l’artiste ou à l’intellectuel qui trouve son bonheur dans la création ou dans la méditation plutôt que dans les mondanités, privilégiant le savoir-faire au faire-savoir ; on dit souvent, avec plus ou moins de mépris, que ces individus « vivent dans leur monde » comme s’ils étaient exclus de la cité, voire même qu’ils ne « vivent pas », comme s’il n’y avait qu’une seule façon possible de vivre sa vie.

 

05-01-Mai 68.jpg



04/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres