Nécrologie

 

 

En général, je n'aime pas tellement les têtes brûlées et je ne crois pas aux héros. J'ai pourtant été marqué par la vie de John Glenn : j'avais dix ans quand il a fait son second voyage dans l'espace, en 1998, alors qu'il avait déjà 77 ans ; ça prouvait qu'il tenait à rester debout et à ne pas se laisser écraser par le poids des années. Quoi qu'on en dise, ça force le respect ! Cette force de caractère était peut-être la clé de sa longévité puisqu'il avait atteint l'âge de 95 ans, ce qui est déjà un exploit en soi, surtout dans un pays où l'obésité et les armes en vente libre font que bien souvent, on n'y vit pas vieux !  

 

 

 

 

12-17-John Glenn 02.jpg

 

 

Le dessin ci-dessus me permet d'évoquer une question qui m'a été posée il n'y a pas si longtemps par une connaissance qui me demandait pourquoi j'ai si peu dessiné Donald Trump bien qu'il offre une cible rêvée aux caricaturistes : j'ai répondu que Trump est déjà en soi une telle caricature que le caricaturer reviendrait à commettre un pléonasme... Bien sûr, ce n'est pas la seule raison et nous y reviendrons. En attendant, et en guise de post-scriptum, voici un dernier hommage au grand disparu du mois de décembre : Gotlib.

 

 

 

 

 



18/12/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres