Michèle Morgan a rejoint Gérard Oury dans l'au-delà

 

 

Cette nouvelle un peu triste (mais, somme toute, peu surprenante étant donné l'âge canonique qu'avait atteint l'actrice) nous arrive peu après le cinquantenaire de La grande vadrouille ; je suis sûr qu'il existe encore, çà et là, quelques membres éminents de l'élite cinéphile éclairée qui ne peuvent pas digérer que le souvenir de Michèle Morgan soit étroitement lié à celui de Gérard Oury : ils oublient un peu vite que son film traitant de l'occupation sous un mode comique était d'autant plus méritoire de sa part qu'il était juif lui-même ! Certes, on est loin de l'humour juif et ce n'est pas une excuse pour le rediffuser sans arrêt à la télé, mais de là à décréter une fois pour toute que l'humour d'Oury est à ras du sol, il y a de la marge, sans compter qu'il aura probablement été, avec La folie des grandeurs, l'un des derniers réalisateurs comiques à s'inspirer des grands classiques de la littérature : rien que pour ça, et au risque de paraître nostalgique, on peut dire que, comparée aux comédies lourdingues qu'on produit aujourd'hui au kilomètre pour remplir à peu de frais l'antenne des chaînes de télé qui daignent financer, l'oeuvre de Gérard Oury peut presque passer pour un monument intellectuel !

 

 


     

 



20/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres