Il y a 151 ans naissait Rudyard Kipling

 

 

"Il faut avoir lu Kipling à douze ans ! On ne peut pas avoir toujours douze ans. Moi, en tout cas. Et quand on n'a plus douze ans, si l'on relit Kipling, on a un peu honte d'avoir marché. On voit les ficelles, les poncifs, l'épaisse morale de boy-scout bien convenable, le militarisme, le chauvinisme... Le talent est certes toujours là, éblouissant, mais il ne peut plus suffire à vous faire avaler les plus grossières, les plus éculées des idées reçues : le tigre est fourbe et cruel, le chacal lâche et cauteleux, le loup généreux et fidèle au clan, l'ours puissant mais n'usant de sa force que pour le bien, le serpent furtif et sans pitié, la mangouste courageuse jusqu'à la mort, le singe vantard, bavard, sale et versatile...

Rien de bien nouveau. Les animaux ne sont ici, comme toujours, que les incarnations de types humains, souhaités ou honnis. Ils n'existent que pour nous montrer combien il est beau d'être brave et loyal, combien il est méprisable d'être lâche et fourbe... Et quand, plus tard, je sus que, dans l'esprit ultra-britannique de Kipling, Shere Khan, le tigre exécrable, symbolisait l'Allemand, que les Bandar-Logs, les singes malpropres et jacassants, représentaient les Français, que Tabaki, le chacal puant, évoquait le Juif éternel, je rangeai le papa Kipling, malgré tout le plaisir que je luis devais, parmi les vieux cons qui, doués d'intelligence et de talent, prostituent ces dons précieux pour flatter dans le sens du poil tout à la fois le pouvoir et le populo, ce que les biographies bien léchées appellent "forger un idéal". On ne peut pas avoir toujours douze ans."

Cavanna, Coups de sang, Belfond, Paris, 1991, pp.83-83

 

 

12-30-Naissance de Rudyard Kipling.jpg

 



30/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres