A bas les dames patronnesses !

 

 

"Ben Blequin, qu'est-ce que tu viens nous causer des dames patronnesses ? T'as trop écouté Jacques Brel, ou quoi ? Y a belle lurette que ça n'existe plus !" Détrompe-toi, ami pauvre, démuni, handicapé, diminué ! Les dames patronnesses sévissent toujours, même si elles ne disent pas leur nom ! Ce sont parfois des retraitées, presque toujours des femmes d'hommes riches qui, pour tromper leur ennui et se donner l'illusion d'être utiles à la société, prennent des responsabilités dans des associations de bienfaisance : ça leur fait passer le temps et ça leur permet de payer de moins d'impôts, c'est tout ; elles feraient du macramé ou de la poterie à la place que ça ne changerait pas grand' chose pour elles ! Pour elles, ami pauvre, démuni, handicapé, diminué, tu ne vaux guère mieux que leur caniche nain qui, lui, a toutefois la supériorité de ne pas faire de difficultés quand on lui demande de faire le beau pour un su-sucre ! Si tu en croises une, ami pauvre, démuni, handicapé, diminué, fuis-la comme la peste : n'écoute pas ses paroles enjôleuses, refuse la charité qu'elle te propose, tu peux être sûr qu'au moindre écart de conduite (consommation, même modérée, d'alcool, écoute de chanteurs contestataires, athéisme revendiqué, lecture de Charlie Hebdo, fréquentation d'un gauchiste, etc.) elle te laissera tomber voire te livrera à la police. Ami pauvre, démuni, handicapé, diminué, envoie paître les dames patronnesses contemporaines et fais tien ce discours que le génial Reiser a placé dans la bouche d'un homme en fauteuil roulant (On vit une époque formidable, p.35) : "On ne veut pas de la charité ! Elle a le cul sale, malgré les apparences ! On n veut pas d'aumône ! On veut travailler ! Je ne veux pas faire de paniers ! J'en ai marre des métiers débiles ! Je veux faire un vrai métier : charcutier, avocat, fonctionnaire, manoeuvre, dentiste, cuisinier... Et qu'on me laisse l'exercer librement ! Descendez dans la rue, révoltez-vous, cassez les vitrine à coups de béquille ! Et obligez les patrons et les administrations à embaucher un minimum d'handicapés physiques !" Je ne voudrais prendre comme exemple que ma modeste personne qui, bien que diagnostiquée autiste, ai appris à lire tour seul, obtenu mon bac à 17 ans, publié mon premier livre à 26 ans, décroché mon doctorat à 27 ans : il n'y a pas la moitié des neurotypiques qui y arrivent ! Entre la dame patronnesse qui voudrait m'aider et moi, la personne la plus handicapée n'est pas celle qu'on croit !

 

 

Le vétérinaire a les traits de Gérard Rinaldi, l'inoubliable interprète du feuilleton Marc et Sophie.

 

 



30/01/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres